Credit immo : les perspectives 2016

VN:F [1.9.22_1171]
Vote: 4.0/5 (1 vote cast)

2016 sera-t-elle une très bonne année pour l’immobilier et le prêt ?

Et bien, il semble que oui. Le marché de l’immobilier a repris !

Par rapport à 2014, le nombre de transactions en 2015 a connu une augmentation de 17 %, ce qui pourrait annoncer une réelle reprise pour 2016. Celle-ci se veut toutefois fragile, principalement conditionnée à des critères macro-économiques, des acteurs de l’économie ainsi qu’à la confiance des français. En comparaison aux besoins évolutifs des ménages, les permis de construire sont insuffisants. Le prix de l’immobilier à un énorme impact sur le pouvoir d’achat, surtout quand la marge de manœuvre sur les taux a déjà été utilisée. Et le manque de logements neufs pourrait amener les prix à augmenter. Hormis ce point, le contexte se veut favorable. Après 3 années de baisse des prix, on pourrait connaître une stabilisation, voire une augmentation. Le marché du neuf est relancé, avec +6% pour la promotion et +10% pour les constructions individuelles.

2016 immobilier credit assurance pret

Les taux d’emprunt devraient rester bas mais si quelques légères remontées ponctuelles sont à prévoir. Le prêt immobilier est le levier pour attirer de nouveaux clients, surtout quand on voit le niveau des taux d’épargne. Dans le cas où le coût de refinancement venait à augmenter, les taux pourraient également remonter. Les banques en ligne mènent une politique sélective, cela minimisant la concurrence, même si l’évolution de la production est importante. Les banques traditionnelles leurs font tout de même concurrence grâce à une stratégie digitale avec d’importants moyens. La hausse de la mise en place de délégations d’assurance pourrait réduire les marges des banques, et celle-ci pourraient alors ré-impacter une partie de cette « perte » sur le coût du prêt. Les banques ont des objectifs équivalents à 2015, voire plus élevés d’en moyenne 10 à 20 %. Avec l’arrivée sur le marché de nouvelles banques en ligne ou de réseau, il devrait y avoir plus de concurrence et donc des prix plus bas.

Le prêt immobilier se veut toujours aussi accessible et favorise surtout le parc de logements neufs, qui se veut toutefois restreint du fait de peu de mises en chantier. Avec un élargissement du PTZ, les ménages devraient être plus solvables, grâce à une baisse de leur taux d’endettement. En matière de taux, les banques favorisent les profils haut de gamme. Le taux peut donc devenir un élément qui discrimine dans l’accessibilité au prêt. La politique des risques des banques ne devraient pas connaître de changement. Le credit immo restera donc accessible. Et selon Empruntis, le retour des taux variables pourrait être une solution pour toute personne exclue du prêt en raison de sa situation professionnelle.

Concernant la délégation d’assurance, celle-ci va très certainement se développer. Si le nombre de délégations d’assurance de prêt est jusque la resté limité, il devrait en effet croître en 2016, notamment grâce à la loi Hamon qui a facilité les démarches. Toutefois, les banques ont retravaillé leurs contrats et le niveau de couverture. La délégation d’assurance se veut une aubaine en matière d’économie et elle devrait atteindre 25 % en 2016, contre 18 % en 2015. Il faut savoir que les banques ont trouvé une parade à la loi Lagarde : elles proposeront peu à peu une délégation interne, c’est à dire des contrats d’assurance individuels venant substituer le contrat groupe qu’elles proposent. Pour faire face, leur contrat groupe a également été rendu plus compétitif. Avec l’instauration ce l’équivalence de garanties, le recours à la délégation d’assurance externe sera favorisé.

Depuis plusieurs années, un grand nombre de renégociations de crédit sont réalisées. Aujourd’hui, encore bon nombre de dossiers peuvent être renégociés. Mais pendant combien de temps encore car les taux ne peuvent que remonter. Pour 2016, le volume de renégociations est en moyenne de 20 % de la production de prêts à l’habitat. Selon les banques, le stock des prêts présentant un intérêt à être renégociés se veut important. Et certaines d’entre elles ont même décidé depuis l’an dernier de devancer l’appel de la clientèle afin de limiter la fuite. Le niveau actuel des taux vient toutefois limiter l’intérêt de renégocier par rapport à 2015.

Le courtage en prêt devrait poursuivre son expansion et connaître une progression de 10 % en 2016. Il faut savoir que 30 % des emprunteurs décrochent un crédit en passant par un courtier. Mais ils sont encore bien plus à recourir à leurs services afin de négocier de façon optimale avec leur établissement bancaire actuel. Les banques se sont ainsi organisées afin d’avoir une meilleure réponse aux besoins en financement des ménages et faire face aux intermédiaires que sont les courtiers. Le marché s’ouvrira de plus en plus.

Quel impact peut avoir une augmentation des prix et/ou des taux d’emprunt sur la demande ? Les taux étant bas, une simple remontée de 20 centimes entraînerait une baisse de 3% du nombre d’emprunteurs finançables. Et une augmentation des prix de 1% aurait, elle, un impact de -1%. Le scénario le plus vraisemblable se situe sur une variation de -2% / +2% des emprunteurs finançables.

Credit immo : les perspectives 2016, 4.0 out of 5 based on 1 rating

Termes de recherche :

  • perspectives taux emprunt immobilier 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>