Emprunter après 60 ans est-il à envisager ? L’âge ne pose généralement pas de problème s’il s’agit d’un prêt à la consommation mais, pour un crédit immobilier, cela peut s’avérer parfois plus compliqué, même si les seniors présentent un profil que les organismes de prêt affectionnent (situation stable, moins de charges à payer, détention patrimoine…).

Emprunter après 60 ans

Arriver à l’âge de la retraite signifie connaître une baisse des revenus. Et ce point est pris en considération par les établissements bancaires dans leur offre de prêt immobilier s’adressant aux seniors. Pour obtenir un crédit et acquérir un bien immobilier, les critères sont les mêmes pour tous (apport personnel, capacité d’endettement…). Là où cela peut « coincer » quand on souhaite emprunter après 60 ans, c’est l’obtention d’une assurance emprunteur.

Les seniors de plus de 65 ans présentent des risques bien plus importants de développer des problèmes de santé obligeant les assureurs à appliquer des surprimes pour les couvrir, ce qui augmente considérablement le coût de l’assurance et est alors bien souvent hors de prix pour les retraités aux revenus modestes.

Alors, existe t-il d’autres solutions ? Est-il possible d’emprunter après 60 ans pour devenir propriétaire d’un logement ?

Emprunter après 60 ans pour acheter une maison ou un appartement : comment faire ?

L’âge est le premier obstacle que l’on rencontre lorsque l’on a 60 ans ou plus. En effet, les banques fixent le plus souvent à 75 ans au plus tard le terme du remboursement des prêts immobiliers. Mais l’augmentation de l’espérance de vie en bonne santé permet aux banques de revoir leurs offres en repoussant cette échéance à 80 ans.

Le deuxième obstacle majeur pour obtenir un prêt immobilier a plus de 60 ans concerne l’assurance de prêt. Celle-ci, qui couvre notamment le décès et l’invalidité, se veut très chère pour les seniors rencontrant des problèmes de santé. Les établissements prêteurs souhaitent en effet se protéger contre ces risques et, lors de l’émission de l’offre de crédit, adossent un tarif d’assurance de prêt conséquent.

Afin de fixer le montant de la cotisation d’assurance, qui peut osciller en moyenne de 0,60 % à 1,96 %, l’assureur se base sur l’état de santé général de l’emprunteur via le questionnaire de santé et autres questionnaires plus poussés relatifs à ses problèmes de santé ainsi que des examens médicaux. Notez que la surprime peut aller de +25 % à +300 % du tarif initial. Aussi, tout oubli ou mensonge pourra entraîner des pénalités financières, voire annuler la couverture.

Un senior sera ainsi susceptible de régler autant d’assurance emprunteur que d’intérêts. Il existe deux solutions pour s’assurer : soit opter pour le contrat d’assurance groupe de la banque prêteuse, celui-ci s’appuyant sur la mutualisation des risques, soit faire le choix dune délégation d’assurance, qui consiste à souscrire un contrat d’assurance individuel dont les garanties sont établies sur mesure.

L’âge limite pour emprunter après 60 ans

Théoriquement, il n’existe pas d’âge limite pour emprunter, même après 60 ans. Cependant, l’assurance de prêt peut empêcher l’emprunt. Le contrat d’assurance de groupe des banques fixe en effet le terme du remboursement à 70 ans. De plus, certains problèmes de santé sont exclus des garanties du contrat d’assurance de prêt.

La délégation d’assurance est une bonne alternative pour accéder à l’emprunt, si cela bloque avec le contrat d’assurance groupe de la banque. Cela vous coûtera toutefois plus cher, du fait de votre âge avancé.

Certains organismes proposent des contrats accessibles jusqu’à l’âge de 85 ans, incluant un remboursement du crédit jusqu’à 90 ans. Il s’agit d’une solution de crédit senior permettant donc d’emprunter après 60 ans, voire à 70 ans pour une durée de remboursement de 20 ans. Concernant les risques couverts, il est recommandé aux retraités de se concentrer uniquement sur le décès. Inutile de souscrire un contrat qui couvre la perte d’autonomie, l’incapacité de travail et la perte d’emploi. Mais certaines situations demandent à tout de même gonfler sa couverture. C’est par exemple le cas si vous résidez dans un pays à risques ou pratiquez un sport à risques.

Bon à savoir : il existe des prêts à paliers modulables en fonction de l’évolution de la capacité de remboursement, ce qui est par exemple adapté pour un départ à la retraite.

Des alternatives à l’assurance

S’il est trop onéreux de souscrire une assurance de prêt ou qu’elle reste inaccessible, il est possible d’obtenir un financement sans assurance. Il existe par exemple le nantissement d’assurance vie ou d’un autre placement financier (plan d’épargne en actions, portefeuille boursier…). En cas de décès, l’établissement prêteur devient le 1er bénéficiaire du placement et peut récupérer le montant qui lui est dû. Cette alternative n’entraîne pas de frais supplémentaire sur le prêt immobilier, l’emprunteur ne devant s’acquitter que des intérêts.

Parmi les autres possibilités pour emprunter après 60 ans, il y a le prêt sur gage, qui consiste à placer des objets de valeur en dépôt (tableaux, bijoux…). Selon l’évaluation par l’expert des biens placés, une offre de prêt d’une durée d’un an vous est faite, dont le montant équivaut à 50/70 % de leur valeur totale. Et si l’emprunteur ne peut effectuer le remboursement du crédit, alors les biens sont vendus aux enchères afin que le prêteur récupère son dû.

Il existe également le prêt viager hypothécaire. Il s’agit d’une solution permettant l’obtention rapide d’un financement, sous la forme d’un crédit remboursable au décès du bénéficiaire. Cela peut être adapté pour tout senior propriétaire d’un bien immobilier et souhaitant acheter un logement plus grand ou se situant dans une autre zone géographique où le prix au mètre carré est plus élevé. La banque se charge de verser une rente ou un capital à l’emprunteur dont le montant est déterminé selon son âge et la valeur du bien. Lorsque l’emprunteur décède, les héritiers doivent rembourser le capital et les intérêts afin de devenir propriétaire du bien immobilier. S’ils ne peuvent honorer ce paiement, la banque récupère alors le bien et le met en vente pour récupérer son dû. Notez que le reliquat est versé aux ayants droit dans le cas où le prix d’achat est supérieur à la dette.

Bon à savoir : se limitant à 70 % du prix de vente, le prêt hypothécaire cautionné est une variante pour lequel l’emprunteur rembourse le crédit par mensualité. S’il ne requiert pas d’assurance de prêt immobilier, il est cependant coûteux.

Prêt personnel : y-a-t-il un âge limite?

L’âge ne constitue pas vraiment d’obstacle pour contracter un prêt personnel ni pour bénéficier d’un taux raisonnable. Il est vrai que les personnes de plus de 60 ans disposent généralement d’une situation stable, d’un patrimoine, n’ont plus d’enfants à charge… Ainsi, souscrire par exemple un prêt personnel de 5.000 € de 1 à 2 ans est tout à fait possible. Pour un prêt classique, les banques sont regardantes sur le montant de l’apport et la durée, celle-ci devant être la plus courte possible.

Après 60 ans, il peut être judicieux d’aménager sa résidence principale, du fait que des travaux soient en effet nécessaires pour refaire la cuisine ou encore la salle de bain. Les retraités n’ont le plus souvent pas de problème pour obtenir un crédit à taux bonifié. Et ils peuvent le cumuler avec des aides financières (prime énergie, Anah, éco-prêt à taux zéro…).

Si le coût des travaux dépasse les 21.500 €, alors le crédit bascule en prêt immobilier. En dessous de ce montant, il n’est pas exigé par les banques et organismes de crédit de souscrire une assurance de prêt. Ils peuvent se montre toutefois insistants pour que vous la preniez.

Immobilier : emprunter après 60 ans, c’est possible !

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *