Une assurance de pret selon chaque profil d’emprunteur

VN:F [1.9.22_1171]
Vote: 0.0/5 (0 votes cast)

L’assurance de prêt n’est pas limitée aux seuls contrats d’assurance de groupe proposés par les banques et nécessite un comparatif précis des offres. Pour les compagnies d’assurance, le profil d’emprunteur de l’assuré se veut un élément clef pour effectuer le bon calcul de la cotisation d’assurance.

Emprunter et s’assurer en couple

Pour les banques comme pour les assureurs, acquérir un logement en couple signifie que le risque des impayés est moins important car réparti sur 2 têtes.

Un point se voulant déterminant pour une assurance de prêt contractée par un couple est la quotité d’assurance. Il s’agit du taux de couverture de l’assurance.

En cas de sinistre, la compagnie d’assurance indemnise l’assuré au prorata de ce taux de quotité fixé lors de la signature du contrat d’assurance de prêt. Or, pour une assurance de prêt souscrite par deux conjoints, il est question de deux assurés couverts par les mêmes garanties. Et il existe différentes combinaisons, en général liés aux revenus de chaque conjoint :

100 / 0 % : une répartition plutôt courante pour un couple dont un seul des deux conjoints perçoit des revenus et prend donc en charge le remboursement du crédit immobilier. En cas de décès de l’assuré, la compagnie d’assurance rembourse intégralement le capital restant dû. Et l’emprunteur en vie conserve alors le bien. Si le conjoint sans revenus décède, l’assuré survivant reste couvert par l’assurance et est tenu de bien rembourser le crédit jusqu’à son terme.

70 / 30 % ou 60 / 40 % : ces quotités tiennent compte des revenus les plus importants dans le couple. En cas de décès de l’un ou l’autre des deux conjoints, les mensualités sont allégées pour le conjoint qui survit. L’assurance couvre la part de capital restant dû selon la quotité souscrite.

50 / 50 % : c’est une quotité d’assurance qui correspond à des mêmes niveaux de revenus ou proches. L’assurance de prêt assure la prise en charge de la moitié de la mensualité ou effectue le versement de la moitié du capital restant dû.

Il peut aussi arriver que des co-emprunteurs présentent des profils qui soient sensiblement différents en terme d’âge ainsi que d’état de santé. Pour un contrat d’assurance unique, le montant de la cotisation d’assurance prend en considération les risques les plus importants de l’un des deux profils d’assurés, en appliquant une majoration de la prime d’assurance, dite surprime.

Il existe alors la possibilité de contracter deux contrats d’assurance individuels s’adaptant aux risques de chaque emprunteur. Les économies qu’il est possible de réaliser sur le profil d’emprunteur le moins à risques compensent la cotisation d’assurance plus élevée du 2ème emprunteur.

L’assurance de prêt pour les jeunes

Réaliser un emprunt quand on est jeune peut présenter différents avantages en terme de solutions d’aide pour l’accession à la propriété (prêt à taux zéro plus, taux préférentiel…). Le profil d’emprunteur d’un jeune est également accompagné de risque de décès et de problèmes de santé bien moins élevés et donc d’une cotisation moins coûteuse.

Pour un jeune souscripteur, qui ne fume pas et est en bonne santé, les économies réalisables sur toute la durée du crédit représentent plusieurs milliers d’euros.

Si un profil d’emprunteur jeune peut permettre d’accéder à des tarifs avantageux, il convient toutefois de ne pas négliger le contenu des garanties.

Réaliser un emprunt en cas de problème de santé

Pour un individu souffrant d’un problème de santé ou en ayant été atteint, réaliser un emprunt s’avère généralement difficile. Quand l’établissement bancaire est prêt à délivrer son accord, c’est la signature d’une assurance de prêt qui constitue un obstacle qu’il n’est pas facile de franchir. Et lorsqu’une compagnie d’assurance accepte de couvrir le risque de santé, c’est en contrepartie d’une cotisation d’assurance lourdement majorée.

La convention Aeras (s’assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé) permet de passer les barrières existants du fait du grave problème de santé présent ou passé.

L’assuré doit toutefois répondre à deux critères :

Le terme de l’emprunt doit survenir avant l’âge de 71 ans
Le montant emprunté ne doit pas dépasser 320 000 € pour une résidence principale

Si un contrat d’assurance est proposé à l’assuré dans le cadre de la convention Aeras, il est bien de préciser que la surprime d’assurance ne peut dépasser de plus de 1,4 point le taux effectif global de l’emprunt (TEG).

Tout comme n’importe quel autre contrat d’assurance de prêt, une assurance proposée avec la convention Aeras comporte plusieurs garanties : décès, perte totale et irréversible d’autonomie et incapacité-invalidité.

Le droit à l’oubli

Le droit à l’oubli est une disposition permettant au souscripteur d’une assurance de prêt de ne pas avoir à effectuer la déclaration d’un cancer guéri ou d’autres pathologies. Il est encadré par certaines dispositions dont une grille de différents problèmes de santé, avec les délais nécessaires entre le terme du traitement et la possibilité d’utiliser ce droit de ne pas déclarer la maladie passée.

Emprunter quand on est au chômage

Afin d’accorder un crédit immobilier, les banques exigent systématiquement des garanties qui permettent de s’assurer du bon remboursement du prêt en cas de défaillance de l’emprunteur. Si une personne se retrouve au chômage, même si c’est en général une situation provisoire, il existe le risque de se voir refuser l’emprunt.

Il existe cependant des solutions telles que la caution solidaire, le nantissement ou le privilège du prêteur de deniers. La mise en place de ses garanties se veut toutefois plus complexe que celle d’un contrat d’assurance de prêt.

Dans le cas d’une vie en couple et que votre conjoint dispose de revenus réguliers, la solution serait alors d’établir votre demande de prêt immobilier sous les deux noms.

Tout d’abord, la quotité d’assurance serait alors de 100 % pour la personne qui dispose de revenus et de 0 % pour celle qui est au chômage. Après qu’un emploi soit retrouvé, la quotité d’assurance peut être répartie sur les deux personnes de la façon choisie par les co-emprunteurs.

L’assurance de prêt pour les seniors

Pour un profil d’emprunteur senior, il est nécessaire de disposer d’un solide dossier, d’avoir une bonne capacité d’épargne et de se positionner sur une durée de crédit qui soit relativement courte.

Concernant l’assurance de prêt, l’unique différence avec un emprunteur plus jeune existe au niveau des exclusions, qui sont en effet plus nombreuses du fait d’un âge avancé et donc de risques de problèmes de santé ou de décès plus élevés. Aussi, le coût des garanties peut être bien plus important. Il est d’ailleurs recommandé de bien vérifier que le montant de la cotisation d’assurance reste le même pendant la globalité du crédit.

Assurance emprunteur et profession

Certaines professions peuvent rendre peu aisée l’obtention d’un prêt immobilier du fait de risques plus importants que la moyenne. Il s’agit de difficultés se répercutant sur l’assurance de prêt avec une cotisation d’assurance majorée ou une exclusion de certains risques.

Auto-entrepreneur

Afin d’accroître ses chances de se voir accorder un crédit immobilier, un auto-entrepreneur doit en premier lieu obtenir la confiance du banquier. Délivrer ses éléments de comptabilité qui prouvent un bon équilibre financier constitue un point positif. Dans le cas d’une vie en couple et que le conjoint est salarié, cela rassurera le banquier. Au sujet de la quotité d’assurance, une répartition de 70 % sur le conjoint salarié et de 30 % sur l’auto-entrepreneur se veut idéale pour mettre en confiance le banquier ainsi que l’assureur.

Travailleur non-salarié

Il existe de très nombreux métiers entrant dans la catégorie des travailleurs non-salariés (TNS). Après plusieurs années d’activité et une bonne situation financière, se voir accorder un prêt immobilier ne devrait plus poser de problème. L’activité d’un TNS nécessite que son contrat d’assurance de prêt soit particulièrement adapté à sa profession. Certaines offres d’assurance sont spécifiquement conçues pour les travailleurs non-salariés et incluent par exemple une garantie en cas de perte de revenus.

Intérimaire

Pour un intérimaire qui enchaîne de façon régulière les missions, décrocher un crédit immobilier reste possible. Pour un profil d’emprunteur jeune et en bonne santé, l’obtention d’une assurance de prêt se fait généralement sans problème. Et les garanties doivent s’adapter en fonction des revenus et des risques relatifs à l’activité professionnelle exercée.

Intermittent du spectacle

Il existe différentes activités regroupées dans la catégorie d’intermittent du spectacle (artiste, technicien, cascadeur…). Et, selon l’activité, la compagnie d’assurance tient compte de l’existence de risques plus élevés que la moyenne. Une fois le bon examen du questionnaire de santé précédant la souscription de votre assurance de prêt, la compagnie d’assurance dispose du choix de majorer la cotisation d’assurance de prêt ou procéder à l’application d’exclusions particulières. Il peut aussi y avoir les deux : surprime et exclusions. Il est conseillé de bien prendre le temps de comparer plusieurs devis afin de bien choisir le meilleur contrat.

Fonctionnaire

La diversité des professions dans la fonction publique nécessite une assurance de prêt spécifique à chaque profil. Pour un employé administratif et un pompier, les risques se veulent bien évidemment différents. Il faut savoir que certaines mutuelles de la fonction publique proposent des contrats d’assurance de prêt moins onéreux que les contrats d’assurance de groupe proposés par les banques. Pour un fonctionnaire, tout comme pour la majorité des emprunteurs, le comparatif des offres permet de trouver le meilleur contrat d’assurance de prêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>