Les réponses aux questions les plus courantes

VN:F [1.9.22_1171]
Vote: 5.0/5 (1 vote cast)

Les 9 questions  à se poser quand fait un crédit immobilier

Il existe de nombreux paramètres à étudier avant de se lancer dans la souscription d’un prêt immobilier :

  • taux d’emprunt,
  • durée de remboursement,
  • capacité d’endettement,
  • assurance de prêt…

Posez vos questions sur la FAQ du courtier ADPPC : foire aux questions

1. Que peut-on financer avec un crédit ?

Le crédit le plus répandu en France est le prêt immobilier. Celui-ci permet de financer l’achat d’une maison ou d’un appartement à usage de résidence principale. Il est également possible de financer l’acquisition d’une résidence secondaire ou d’un terrain. Mais dans ce cas, la majorité des banques et organismes de crédit limitent leur financement à 50 %. Il existe de nombreux crédits adaptés à différents besoins des consommateurs : crédit auto, pret conso, credit professionnel, réserve d’argent…

2. Quel montant peut-on obtenir auprès d’une banque ?

Le montant que peut vous prêter la banque dépend directement du type du crédit, de vos revenus et de votre taux d’endettement, qui permet de déterminer le taux d’emprunt, le montant de vos mensualités et la durée de votre remboursement.

3. Qu’est-ce que le taux d’endettement ?

Le taux d’endettement représente votre capacité à rembourser mensuellement vos crédit en fonction de vos revenus et des diverses charges que vous payez (autre crédit, loyer, eau, électricité…). Ce taux d’endettement est généralement limité à 30 % mais selon la qualité de votre dossier, les banques peuvent aller jusqu’à 50 %.

4. L’acte notarié est-il une obligation ?

Lors d’un financement d’une transaction immobilière par crédit, il est quasiment obligatoire de recourir à un notaire car il représente la garantie la plus sûre pour toutes les parties. C’est précisément le cas de la banque ou de l’organisme de crédit qui souhaite obtenir une réelle garantie en contrepartie du déblocage des fonds. L’acte notarié permet ainsi de sécuriser toute l’opération d’acquisition d’un bien car le notaire est dans la capacité d’inscrire une hypothèque en premier rang.

5. Peut-on souscrire un prêt à n’importe quel âge ?

L’âge auquel on peut souscrire un crédit dépend de la durée du prêt. En effet, les banques et les organismes de crédit s’assurent que la date de fin de remboursement du crédit ne soit par exemple pas ultérieure à la date de départ en retraite de l’emprunteur. Aussi, l’âge de l’emprunteur est un facteur déterminant du risque à couvrir en matière d’assurance de prêt.

6. Est-on obligé d’accepter l’assurance emprunteur présentée par la banque ?

Légalement, conformément au dispositif Lagarde du 1er septembre 2010, vous êtes en droit de refuser l’assurance emprunteur que vous propose la banque et de souscrire votre assurance auprès de la compagnie de votre choix. C’est ce que l’on appelle une « délégation d’assurance ».

7. Peut-on procéder à un financement d’un bien ne disposant pas encore d’un titre foncier ?

Généralement, un prêt immobilier est accompagné d’une hypothèque de premier rang sur le titre foncier du bien faisant l’objet d’un financement. Il se peut cependant que le bien ne dispose pour le moment pas de titre foncier. Dans ce cas, si vous êtes solvable, vous pouvez tenter une négociation avec votre banquier en lui apportant en garantie un autre bien que celui qui doit être financé.

8. Peut-on procéder au financement d’un bien dans l’indivision ?

Lorsque vous êtes propriétaire d’un bien dans l’indivision, c’est à dire avec d’autres personnes, la loi vous permet de donner une hypothèque sur vos parts. Cependant, peu de banques acceptent cette opération en raison de la complexité du statut de l’indivision.

9. A quoi sert une assurance de prêt ?

Systématiquement liée à un crédit immobilier, l’assurance de prêt permet de sécuriser l’établissement prêteur en cas de défaut de remboursement de l’emprunteur causé par la survenance d’un décès, d’une invalidité ou d’une incapacité à la suite d’un accident ou d’une maladie. Elle protège ainsi l’emprunteur et ses proches car en cas de décès de ce dernier : ils n’héritent pas de la dette et conservent le bien puisque c’est l’assureur qui rembourse le prêt à la banque, selon la quotité assurée.

Les réponses aux questions les plus courantes, 5.0 out of 5 based on 1 rating

Alain - ADPPC.fr

Fondateur du cabinet de courtage As Du Grand Lyon, le site Adppc.fr : Assurance de prêt pas cher propose aux emprunteurs un comparatif indépendant des assurances de crédit. Bien avant 2010, et l'entrée en vigueur de la loi Lagarde, il distille ses conseils pour bien négocier la couverture de son crédit immobilier en déléguant son assurance.

2 réponses à “Les réponses aux questions les plus courantes

  1. Bonjour,
    Nous avons contracté il y a 3 ans, un prêt employeur avec l’organisme Cilgere que nous allons rembourser de façon anticipée en lien avec la vente du bien. L’échéancier du prêt indiquait un prélèvement de l’intégralité de la charge d’assurance du prêt sur les 3 premières échéances (qui correspondaient quasi uniquement à de l’assurance), de telle sorte que plus aucune assurance n’était prélevée ensuite (paiement au début de la totalité de la charge). Dans le cas d’un remboursement anticipé du prêt, est-ce que nous sommes dans le droit de demander un remboursement de la partie non utilisée de l’assurance ?
    Merci d’avance,

  2. Le CILGERE est un organisme 1%, l’objectif poursuivi par ce type d’organisme n’est pas la réalisation de bénéfices et la distribution de dividendes mais l’aide à l’accession à la propriété. Il n’est pas possible de se faire rembourser les primes d’assurance que ce soit avec cet organisme ou un bancassureur ou un assureur classique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>