Vous souhaiteriez savoir si vous pouvez emprunter après 65 ans sur une longue période de remboursement afin d’acquérir un bien immobilier ? C’est tout à fait possible ! Découvrez les pistes pour effectuer un emprunt après 65 ans.

Emprunter après 65 ans : c’est possible

emprunter après 65 ansMême s’il est plus aisé de réaliser un emprunt sur 10 ans plutôt que sur 25 ans, emprunter après 65 ans sur une plus longue durée se veut toutefois possible du fait de l’allongement de la durée de vie. Il est le plus souvent nécessaire de terminer le remboursement avant l’âge de 85 ans, voire 90 ans, mais cela dépend cependant des contrats et reste rare.

Le coût est-il plus élevé ?

Dans le cadre d’un crédit classique, c’est principalement l’assurance de prêt immobilier senior qui présente un coût plus élevé. En effet, des taux de 0,15 % à 0,30 % pour un jeune emprunteur peuvent par exemple passer à plus de 0,50 % à 60 ans, 0,82 % à 65 ans ou encore 1,74 % à 70 ans, pour un crédit de 250.000 euros remboursable sur 20 ans. C’est le risque qui vient augmenter son coût, et si l’emprunteur n’est pas en bonne santé, alors on peut lui refuser l’octroi d’une assurance décès ou alors lui appliquer une majoration de la prime d’assurance (surprime). Concernant le taux de prêt proposé pour un emprunt après 65 ans, il est généralement le même que pour un jeune emprunteur, soit environ 3 %.

Est-il obligatoire de souscrire l’assurance de prêt que me propose la banque prêteuse ?

La loi Lagarde permet une dissociation de l’emprunt et de l’assurance de prêt : vous pouvez choisir une autre assurance de prêt que celle vous étant présentée par l’établissement prêteur. Il vous est d’ailleurs recommandé de vous adresser à un courtier afin de faire jouer la concurrence, plutôt que d’accepter l’offre de la banque sans bien étudier la question. Les banques ne peuvent plus refuser d’accorder un crédit en prétextant que vous cherchez une autre assurance pour garantir votre prêt. Vous devez cependant respecter la condition suivante : le contrat externalisé doit comporter des garanties équivalentes à celui qui vous est proposé initialement. Profiter de la délégation d’assurance, c’est viser l’économie et/ou de meilleures garanties !

Comme vous l’avez compris, pour prêter de l’argent, tout organisme financier souhaite se protéger contre d’éventuels risques de défaillance de remboursement. Et si vous n’apportez pas de garantie supplémentaire à l’assurance emprunteur (contrat assurance vie, hypothèque sur bien immobilier, caution…), l’établissement bancaire vérifie votre taux d’endettement : vos remboursements ne doivent pas excéder 30 % de vos revenus.

Quelles sont les garanties généralement prises en compte par la banque ?

Les garanties classiques peuvent être utilisées par les banques pour tout emprunteur ne gageant pas un bien suffisant. Le privilège de prêteur de deniers garantit par exemple le capital du crédit et 3 ans d’intérêts. Préférez-le à l’hypothèque en raison de sa non soumission à la taxe de publicité foncière. Il s’agit là donc d’une économie. Dans le cas où il ne s’agit pas de l’achat d’un bien immobilier mais de la construction d’un logement, alors le privilège de prêteur de denier ne pourra être mis en place, et il sera alors nécessaire de prendre une hypothèque classique. Il est enfin possible d’opter pour un cautionnement par une société spécialisée.

Emprunter après 65 ans : tout ce qu’il faut savoir

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *