Coût du prêt – Avec des taux d’intérêts ayant baissé de façon historique, il est opportun pour les ménages français de souscrire un crédit pour devenir propriétaire d’une résidence principale. Toutefois, attention au coût du prêt immobilier incluant l’assurance de prêt, qui est garantie exigée par les banques pour accorder l’emprunt. En effet, le coût de cette assurance se veut de plus en plus élevé et pèse donc sur le coût du prêt immobilier et la capacité d’emprunt des ménages. Et, avec la fin de l’exonération de la taxe spéciale sur les conventions d’assurance (TSCA) dont pouvait bénéficier jusque là la garantie décès, cette tendance s’accentue.

Coût du prêt : des taux d’intérêt de prêt immobilier au plus bas !

Depuis 2008, la Banque Centrale Européenne a progressivement réduit ses taux d’intérêts directeurs. Ainsi, les banques peuvent emprunter à faible coût, ceci leur permettant de proposer à leur clientèle d’emprunteurs des taux étant bas, le faible coût du prêt immobilier (sans assurance) se voulant particulièrement intéressant pour les ménages. Aussi, la concurrence entre organismes financiers favorise l’assouplissement de leurs conditions d’octroi de crédits immobilier tout comme un allongement de la durée.

Coût du prêt en juin dernier

En juin dernier, les emprunteurs ayant un très bon profil pouvaient accéder à un taux moyen de 0,15 % sur une durée de remboursement de 7 ans et le plus souvent emprunter à un taux de moins de 2 % sur les autres durées.

Si elle n’est pas obligatoire, l’assurance emprunteur est cependant exigée par les banques prêteuses. Et cette couverture de prêt a vu ses taux baisser. Les contrats d’assurance individuelles proposés par les sociétés filiales des banques notamment ont, depuis l’évolution de la législation, des tarifs s’alignant au plus près des tarifs proposés par les assureurs indépendants.

Bien que les prix aient pu baisser, l’assurance de prêt immobilier peut tout de même constituer jusqu’à un tiers du coût du prêt immobilier. Pour exemple, prenons un couple empruntant 300.000 euros sur une durée de remboursement de 20 ans, à un taux de 0,80 %, ne présentant pas de risques aggravés de santé, et souhaitant bénéficier d’une couverture totale se répartissant de façon équitable pour chaque conjoint.

Avec un contrat d’une assurance individuelle, la couverture peut en moyenne représenter 11 % du montant total du crédit immobilier. Pour une assurance de groupe (assurance collective de la banque), ce coût monte à 27 %.

L’assurance emprunteur peut coûter plus cher pour les retraités

Depuis le 1er janvier 2019, tout nouveau contrat d’assurance de prêt ne bénéficie plus de l’exonération de la TSCA (taxe spéciale sur les conventions d’assurance), s’appliquant jusque là sur la garantie décès. Ainsi, comme les autres garanties du contrat d’assurance de prêt, la couverture décès de l’assurance de prêt fait désormais l’objet d’une taxe à 9 %, soit une majoration de coût du prêt immobilier de 36 € par an pour un emprunt de 100.000 euros sur 15 ans.

Avec l’évolution de la législation portant sur les assurances de prêt, la possibilité d’effectuer un changement d’assurance chaque année permet d’économiser et ainsi de venir compenser cette hausse de tarif.

Les seniors se veulent cependant les plus impactés par le coût de l’assurance emprunteur qui vient augmenter le coût du prêt immobilier. La garantie de perte totale et irréversible d’autonomie, tout comme la garantie décès présentent en effet un coût plus important pour les plus de 60 ans. Notez enfin que les emprunteurs de plus de 65 ans doivent s’assurer individuellement.

Coût du prêt immobilier : une assurance de prêt pesant lourd

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *