Après 3 années de chutes historiques, les taux des prets immobiliers ont entamé une légère et progressive augmentation depuis le mois de juin. Avec un taux moyen de 2,05 % sur 20 ans, l’ensemble des acteurs du marché ont constaté une hausse de 0,20 à 0,30 point sur toutes les durées depuis 4 mois.

Avec la remontée de l’OAT 10 ans, les banques ont effet augmenté leur barème. Il s’agit aujourd’hui pour celles-ci de mettre au frein aux dossiers de demande de renégociation de crédit. Avec la baisse marquée des taux, de nombreux emprunteurs en ont en effet profité pour effectuer une renégociation de leur prêt immobilier. Entre les mois de février et juillet, les renégociations ont constitué 45 % des 99 milliards de nouveaux prêts au logement, d’après la Banque de France. Pour rappel, en 2014, pour un crédit de 20 ans le taux était de 2,70 %, et de 3 ,31 % en septembre 2013.

Selon les spécialistes du crédit, les taux seraient amenés à se stabiliser jusqu’à la fin de l’année. Et leur niveau est historiquement faible. Les effets de la récente hausse des taux se veulent limités : pour une échéance mensuelle de 1000 euros (hors assurance), un acquéreur peut à ce jour effectuer un emprunt de 195 650 euros sur 20 ans, soit environ 4640 euros de moins qu’en juin. Il ne faut pas s’affoler si les taux poursuivent leur augmentation en début d’année 2016 : dans le cas où ils remontaient de 0,30 point supplémentaire, avec un montant mensuel de 1 000 euros, il vous serait possible d’emprunter en moyenne 5 360 euros de mois qu’aujourd’hui.

Cependant, il est préférable de s’y prendre à l’avance car les établissements bancaires, recevant de nombreuses demandes de renégociation de prêt, mettent plus de temps à traiter les dossiers. Vous devez désormais compter de 2 à 3 semaines pour l’obtention d’un accord de la banque sur un crédit, contre 1 semaine maximum en début d’année. Ce délai allongé nécessite pour l’emprunteur de disposer d’un dossier à jour ainsi que la totalité des pièces demandées pour être en mesure de débuter au plus vite, après que le compromis de vente ait été signé. Idem pour l’assurance emprunteur, qui permet de réaliser de substantielles économies. Sachez qu’un emprunteur âgé de moins de 40 ans et en bonne santé peut limiter son coût à 0,10 % ou 0,20 % du capital emprunté en prenant une assurance dans un organisme externe à la banque accordant le prêt, contre 0,30 % à 0,40 % avec l’assurance de groupe proposée par la banque.

Des crédits toujours attractifs

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *